Caftan marocain à l’honneur à Marrakech

Par défaut

caftans marocains

caftan marocain

Le spectacle de Caftan 2011 s’est déroulé le 7 mai au Palais des congrès de Marrakech. Cette messe de l’élégance du caftan marocain a renoué cette année avec les racines classiques. 10 stylistes étaient au réunion, pour un instant où la discrétion était de mise. Samedi 7 mai, le Palais des congrès de Marrakech est paré de tenues classiques. Pour son quinzième fête, cette organisation de la beauté du caftan a vu défiler huit stylistes haute couture et deux individus talents. Loubna Horani, la femme de Mohamed Horani, le directeur de la CGEM et Meriem Belkhayat, la femme de la star orchestrateur Abdelhadi Belkhayat, ont été choisies, pour dévoiler leurs collections entourés de stylistes marocains confirmés. La première à entrouvrir le bal est Siham El Habti qui, depuis 2005, lorsqu’elle a pour la première fois foulé les marches de Caftan, a fait du chemin. Cette année, Siham El Habti s’est inspirée de l’élégance des grands-mères et de leurs vieux caftans marocains. Cette styliste, qui a un spectacle-room à Casablanca, débusque un malin bonheur à plonger dans le monde des caftans très vieux, finalement classiques.

Le thème de cette année : «Vogue Zaman», a d’une certaine façon dressé les lignes directrices et les contours de la conception. Les organisateurs ont effectivement distribué aux stylistes postulants, de pratiquer un come back aux sources, suite à avoir déposé l’imaginaire et la modernité draper la majorité de leurs collections dévoilées aux antérieures éditions. «Vogue, c’est tendance et Zaman fait indexe aux temps vieux», indique Meriem Jebbour, responsable d’écriture de Femmes du Maroc, revue organisateur de cet spectacle annuel. Siham El Habti a évidemment calé les recommandations. «Lorsque j’ai fait les huit pièces de cette collection de caftan marocain, mon problème majeur était de m’intéresser aux spécimens vieux en fait qu’aux styles très tendances», confie la styliste certains minutes préalablement au show. Invitée comme top model étrangère de marque, la top model danoise, Heidi Alberstein, a porté ce soir-là ses tenues, en complément de celles de Mohamed Larbi Azzouz, alias Roméo. Charme et simplicitéPendant une heure et demie, près de 1 500 conviés ont trouvé, avec avantage, les mannequins défilant les unes suite aux autres, dans les conceptions de Caftan 2011, pour lesquelles la discrétion était de mise.

Des couleurs pastel de Abdelhanine Raouh, au bleu très pronnoncé de Siham Tazi, les conceptions des stylistes ont brillé, tout en gardant le charme de la simplicité. Roméo était presque l’unique à faire position à la fantaisie et ses ceintures inspirées des vieilles portes en bois sculpté, ont fait plaisir. Cette astuce, le styliste en est fier et en parle avec énormément de passion du caftan marocain. «Lorsque je faisais mes recherches, en plongeant dans le 19e siècle au Maroc, j’ai été très charmé par les tissages des tapis marocains en ce temps là et par l’ensemble des ornements des objets en bois sculpté et des broderies», témoigne Roméo. Au cours d’une assemblée donnée le jour précédent de l’spectacle, ce styliste logeant à Tétouan a distribué aux organisateurs de réaliser 7 jours de l’élégance à Marrakech, à la place de se satisfaire d’un seul défilé. En guise de solution face à sa revendication, Khalid Bazid, le dirigeant de la société Caractères, éditeur de Femmes du Maroc, a avancé que la conception était en gestation. « Cela ne va sans doute pas s’appeler la semaine de l’élégance, néanmoins nous nous trouvons occupé à faconner une idée équivalent pour l’année prochaine». Modifications continuelsLes changements continus, Caftan du Maroc y est habitué.

En quinze années d’existence, l’événement a célèbre bien des péripéties. Et une nouvelle fois, un gros sponsor, qui s’était éclipsé durant plusieurs mois, est revenu, tandis que la succursale d’événementiel LTB s’est retirée du jeu. «Cette succursale n’est qu’un prestataire de services, nous étions associés par un contrat annuel, que nous n’avons pas renouvelé cette année. Nous avons favori émarger avec une autre succursale», éclaire Khalid Bazid. Autre innovation, cette année : la direction artistique a été confiée au designer marocain habitent en Hollande, Saïd Mahrouf, en successeur de Kamel Ouali.

Le show a donc été la scène de spectacle d’une très jolie scénographie, ajoutée à la situation sur scène de nombreux artistes très connu pareil que Karima Skalli, qui a interprété le titre «Mana Ila Bachar», d’Abdelwahab Doukkali. Le show était aussi dans la foule, avec la situation de nombreux célébrités, dont Salaheddine Mezouar, le secrétaire d’état de l’Economie et des finances, Aziz Akhannouch, de l’Agriculture, Abdelatif Maâzouz du Commercre extérieur ou même Yassir Zenagui, du Tourisme. Tous étaient là, entourés de grands entrepreneurs de sociétés. Financé essentiellement par des sponsors privés, cette manifestation est une fête pour ces associés qui ont payé l’ensemble des tickets de Caftan 2011, revus à l’augmentation cette année. Au centre des temps forts du défilé de caftans marocains, la lyrique et majestueuse collection du couturier italien Renato Balestra, convié d’honneur. Des marguerites brodées, des robes en forme d’algues, ce styliste a marqué sa collection de caftan d’une empreinte d’artiste peintre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s